Je suis une menteuse. Je mens aux autres, je vous mens à vous et le pire c'est que je me mens à moi-même.

Sur ce blog j'affiche parfois l'image de la garce, de la fille sûre d'elle, de la fille et courageuse. Foutaises!!!

Je joue si bien que j'ai réussi à me convaincre que je n'ai besoin de personnes. Ni de mes amis, ni de ma famille et encore moins d'un homme. La vérité c'est que je suis faible, je suis térrorrisée. Je dors toutes les nuits toute seule dans mon grand appartement et la plupart du temps je fais des cauchemars parce que j'ai peur de voir encore ma porte fracassé et mon intimité violée.

J'ai peur. J'ai peur de tout. J'ai peur de mes voisins, peur de mon travail, peur de l'avenir, peur des gens, peur des rencontres. Je me demande même comment j'ai fais pour survivre jusqu'ici.

Chaque jour est un combat pour moi. Chaque reveil et une victoire et une préparation à une nouvelle bataille. Je suis épuisée.

Epuisée de tout prévoir à l'avance, de tout calculer à l'avance pour pouvoir être forte, pour pouvoir être prête.

L'amour m'a tellement fait souffrir qu'aujourd'hui j'ai peur d'aimer. Je fuis les hommes, je fuis même le sexe. Je n'en ai plus rien à faire finalement.

Je suis seule. Terriblement seule. Immensement seule. Je passe des journées entières sans adresser la parole à qui que soit, sauf si on compte le chauffeur de taxi, et les quelques personnes à qui je dis bonjour ou bonsoir.

Pourquoi je me bats, contre qui je me bats? J'en sais rien du tout. J'en sais plus rien du tout. Je suis fatiguée, si fatiguée. Je n'en peux plus. Je n'en peux vraiment plus.

Comment sortir de ce cycle infernal? Je suis enfermée, barricadée. J'ai peur. J'ai peur que plus personne ne vienne me sauver. Que plus personne ne puisse me sauver.

Je suis fatiguée, si fatiguée...